Écrire un roman (1/3) : Attention à l’élan du début

Vous avez une idée de roman et vous êtes pressé.e de vous lancer dans l’écriture ? Attention toutefois à ne pas négliger les étapes qui précèdent la rédaction. Si vous ne savez pas exactement quels évènements jalonneront votre intrigue et quel en sera le dénouement, vous risquez de vous perdre en cours de route. Dans ce cas, l’intrigue finira probablement par partir dans tous les sens. En outre, votre motivation pour terminer votre ouvrage risque de s’amenuiser au fil des pages et vous pourriez l’abandonner complètement. Alors, comment commencer à écrire un roman l’esprit tranquille ?

1. Écrire un roman : Tout est question de thématique !

Le cœur d’un roman, ce sont les thématiques qui y sont abordées. Amitié, loyauté, amour, sens du devoir… Les possibilités sont vastes. Peu importe le sujet qui vous tient à cœur, il est important de s’interroger sur les valeurs que vous souhaitez porter dans ce roman. Comment celles-ci seront traitées ? Par le biais des personnages ? De l’intrigue ?

Je m’explique. Est-ce que vous investirez votre héros d’une loyauté à toute épreuve ? Sera-t-il confronté à un autre personnage au caractère antinomique ? Ou est-ce à travers l’intrigue et la narration que vous distillerez votre réflexion sur la thématique choisie ?

2. Stimulez votre esprit.

Quelques idées bouillonnent déjà dans votre esprit. Mais il est important de les laisser maturer, grandir au sein de votre esprit et se démultiplier. Pour cela, rien de tel que stimuler votre esprit !

Lisez beaucoup, analysez le schéma narratif des romans qui vous plaisent… Et ceux des romans qui ne vous plaisent pas ! Ainsi, vous pourrez relever les effets de narration qui vous tiennent en haleine, les longueurs qui vous ennuient et les concepts qui vous plaisent.

Voyager, même dans la ville voisine, est également un excellent moyen de stimuler votre imaginaire. Détails architecturaux, nouveaux visages, ambiance générale… Tout cela pourra nourrir votre univers. Même si vous écrivez un roman de littérature générale, il est toujours bon de s’imprégner de l’atmosphère d’une terrasse de café, des conversations entendues dans le bus et des couples qui s’embrassent ou se déchirent pour étayer vos descriptions par la suite.

Les musées, le cinéma, les sorties entre amis et les moments de calme où vous vous retrouvez seul.e avec votre esprit sont également importants pour stimuler votre esprit.

3. Le brainstorming, une étape incontournable.

Maintenant que vous avez bien stimulé votre esprit et que les idées bouillonnent, asseyez-vous tranquillement devant une feuille blanche. Plusieurs, même. Notez tout ce qui vous vient. Mots en vrac, bouts de phrase, croquis, dates, schémas… Laissez les idées couler de votre tête à la pointe du stylo. Ne cherchez pas à les ordonner. Une fois que votre cerveau est à sec, vous pouvez alors relire vos notes et essayer de les organiser. Vous verrez qu’un début d’intrigue fera son apparition.

4. Planifiez votre intrigue à l’avance

Avant de commencer à écrire votre roman, vous devez savoir comment l’histoire va se terminer. Il est également important de prévoir les grands rebondissements qui surviendront et les évolutions de votre personnage. N’ayez crainte, cela n’entrave en rien votre créativité. Bien sûr, vos personnages pourront vous surprendre et vous pourrez changer de cap au cours de l’écriture. Mais avant de changer de cap, il faut déjà avoir une direction en tête. Car si vous ne savez pas où vous allez, c’est le naufrage assuré. Or, vous voulez terminer de l’écrire, ce roman, pas vrai ? Alors organisez clairement vos idées, la chronologie de l’histoire et les grandes péripéties qui jalonneront le récit. Si vous êtes vraiment du genre méticuleux.se, vous pouvez même prévoir le découpage de l’intrigue en chapitres. Pour ma part, je suis loin d’être assez organisée pour cela et je navigue en fonction des grands tournants de mon scénario.

Maintenant, vous pouvez vous lancer !

Une fois ces quatre étapes accomplies, vous pouvez vous laisser porter par l’élan du début. Kézaco ? Tout simplement une surdose de motivation qui vous poussera à rédiger les premiers chapitres avec frénésie. Cet élan tend toutefois à s’essouffler lorsque vous arrivez au milieu de l’intrigue. C’est ce que nous verrons dans le deuxième article de cette série de conseils : comment gérer le syndrome du milieu, une période où l’on se décourage ? Vous serez alors ravi.e d’avoir appliqué les conseils de ce premier article. D’ici là, bonne écriture !

8 commentaires Ajoutez les votres
  1. Hello, merci pour cet article. Je me suis lancée plusieurs fois mais c’est vrai que j’ai tjrs vite abandonné. Je viens de comprendre qu’il fallait vraiment que je structure beaucoup plus pour faciliter l’écriture

    1. Bonjour Nyna,

      En effet, il est fondamental de savoir où l’on va pour ne pas abandonner en cours de route. Imagine une randonnée : si tu ne sais pas quand est la ligne d’arrivée, dès que tu te fatigues tu fais demi tour et tu rentres à la maison. C’est dommage ! Quand on connaît son itinéraire, on prend des pauses mais on n’abandonne pas 😉

  2. Je rêve d’écrire un roman depuis que je suis toute petite. J’ai toujours tout noté dans des carnets, puis plus tard dans des fichiers Word. J’ai même quelques esquisses de synopsis, de personnages et d’intrigues.

    Peut-être que je me lançerais un jour grâce à tes conseils !

    1. Ah ! Les fameux carnets remplis d’histoires oubliées… J’adore, ils ont quelque chose de magique. Et puis ces histoires finissent toujours par se transformer en quelque chose. Tu n’iras peut-être pas au bout de celles-là, mais elles viendront se distiller dans les suivantes. J’espère réussir à t’aider !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *